Accueil ] Remonter ] Sommaire ]         Charte douleur

Orientations stratégiques CNIL CLIN CRUQ Droit en institution Charte douleur Charte patient Charte Marianne Certification Indicateurs

Accueil

Chartre de la douleur

La douleur n’est pas une fatalité

Supporter la douleur ne permet pas de mieux lui résister. Les douleurs altèrent le confort et la qualité de vie. Elles diminuent votre énergie et retentissent sur votre vie quotidienne.

On peut la prévenir

La prise en charge de la douleur doit être une préoccupation quotidienne des équipes soignantes. Après une intervention chirurgicale, pendant un examen douloureux, avant une situation qui peut entraîner une douleur(transport, séance de rééducation,…),vous devez être prévenu qu’une douleur peut survenir.

On peut la traiter

Traiter la douleur, cela peut prendre du temps. C’est contribuer à retrouver le bien-être, l’appétit, le sommeil, l’autonomie et se retrouver avec les autres.

Avoir mal, ce n’est pas normal

La douleur n’existe pas sans raison, ne la laisser pas s’installer. N’hésitez pas à en parler, votre médecin en cherchera les causes. Il n’y a pas une mais des douleurs qui se distinguent par leur origine, leur durée, leur intensité… La souffrance morale augmente les douleurs. Parlez-en à l’équipe soignante.

Tout le monde ne réagit pas de la même façon à la douleur

Alors, parlons–en ensemble

Traiter votre douleur c’est possible si vous en parlez.

Aidez l’équipe soignante qui vous prend en charge à traiter vitre douleur.

Nous ne pouvons rien faire sans votre concours. Pour un enfant ou un membre de votre famille, l’entourage peut aider à la prise en charge de la douleur.

Traiter la douleur, c’est possible

Nous mettons en œuvre tous les moyens à notre disposition pour la soulager, même su nous ne pouvons pas garantir l’absence totale de douleur.

Les médicaments :

Les antalgiques sont des médicaments qui soulagent.

Il existe plusieurs types d’antalgiques (paracétamol, aspirine,…) La morphine et ses dérivés sont les plus puissants d’entre eux. Un traitement par la morphine pourra toujours être interrompu si la cause de vos douleurs disparaît et, vous ne courez aucun risque de devenir dépendant vis-à-vis de la morphine.

D’autres médicaments (antimigraineux, anti-inflammatoires…) peuvent aussi vous aider. Certains médicaments ont été conçus pour traiter les dépressions ou les épilepsies. Ils se sont révélés par la suite capable de soulager certaines douleurs, mais leur nom muer est resté. Ne soyer pas étonné si un « anti-dépresseur » ou un « antiépileptique » (également appelé « anticonvulsivant ») vous était prescrit. Dans votre cas, ce sont les actions antalgiques de ce médicament qui sont utilisés.

Les médicaments sont proposés en fonction de la nature et de l’intensité des douleurs. Ils les soulagent, même s’ils ne les suppriment pas toujours totalement. Votre médecin vous prescrira un traitement adapté. Celui-ci sera ajusté en fonction de l’évaluation régulière de vos douleurs.

Les autres moyens

D’autres moyens peuvent être employés pour réduire les douleurs, améliorer votre confort et votre bien-être : la relaxation, le calme, le repos, la stimulation électrique…Comme les médicaments, ils seront adaptés à votre cas.

«  Être soulagé c’est possible, mais comment faire ? »

Votre participation est essentielle

Tout le monde ne réagit pas de la même façon à la douleur.

Vous seul pouvez décrire votre douleur : personne ne peut et ne doit se mettre à votre place.

Plus nous nous donnerez d’informations sur votre douleur et mieux nous vous aiderons. Ne craignez pas de nous interroger.

Évaluez votre douleur :

Une réglette sera mise à votre disposition : elle vous permettra d’indiquer l’importance de votre douleur. Nous vous monterons comment vous en servie dès votre arrivée.

D’autres outils d’évaluation peuvent être utilisés. L’évaluation de votre douleur doit être systématique et régulière, au même titre que la prise de la tension artérielle, du pouls ou de la température.

L’équipe soignante est là pour vous écouter et vous aider.

Si vous avez mal, prévenez l’équipe soignante. N’hésitez pas à exprimer votre douleur. En l’évoquant, vous aiderez les médecins à mieux vous soulager. Ils évalueront votre douleur et vous proposeront les moyens les plus adaptés à votre cas.Haut de page

 
Envoyez un courrier électronique à info@ch-saintcalais.fr pour toute question ou remarque concernant ce site Web.
Dernière modification : 23 mars 2015 10:02